Publication des collections de l'EFEO
Fonds Bernard-Philippe Groslier Fonds Bernard-Philippe Groslier
DESCRIPTION
Bernard-Philippe Groslier (Phnom Penh, 1926 – Paris, 1986) étudie l’histoire (Sorbonne), l’histoire de l’art (École du Louvre), l’ethnologie (EPHE) et le khmer (INALCO) tout en s’initiant au travail de terrain en archéologie sur le site de Gergovie. Il est recruté par le CNRS en 1950 puis par l’EFEO en 1951, deux institutions au sein desquelles va désormais s’inscrire sa carrière. Nommé conservateur du musée Blanchard de la Brosse (actuel musée d’Histoire national, Ho Chi Minh-Ville), il entreprend de nombreuses missions de reconnaissances aériennes au Cambodge et dans le delta du Mékong puis il conduit les fouilles du Palais royal d’Angkor Thom en 1952 et 1953. Chargé de recherches au CNRS en 1955, il est détaché à l’EFEO en 1958 et s’installe à Siem Reap. Un an plus tard, il est nommé directeur des recherches archéologiques de l’EFEO et s’entoure alors de spécialistes qui vont lui permettre de se lancer dans des travaux de grande ampleur : réorganisation des dépôts de la conservation, levé topographique du parc d’Angkor et des principaux monuments, remontage des grands ensembles monumentaux : galerie du barattage de la Mer de lait et chaussée ouest d’Angkor Vat (1960 – 1970), chaussée sud d’Angkor Thom (1960-1968), Prasat Kravan (1961-1966), Baphuon (1960-1971)… Parallèlement, il engage ses recherches dans une approche globale du monde khmer. Les évènements politiques du Cambodge l’obligent à quitter Siem Reap en 1973.
Il entreprend alors des prospections en Thaïlande, en Malaisie et en Birmanie. En 1976, il devient directeur du centre de recherches archéologiques (CRA) du CNRS qui est installé à Valbonne : http://www.efeo.fr/biographies/cherch.htm
Bernard-Philippe Groslier (Phnom Penh, 1926 – Paris, 1986) étudie l’histoire (Sorbonne), l’histoire de l’art (École du Louvre), l’ethnologie (EPHE) et le khmer (INALCO) tout en s’initiant au travail de terrain en archéologie sur le site de Gergovie. Il est recruté par le CNRS en 1950 puis par l’EFEO en 1951, deux institutions au sein desquelles va désormais s’inscrire sa carrière. Nommé conservateur du musée Blanchard de la Brosse (actuel musée d’Histoire national, Ho Chi Minh-Ville), il entreprend de nombreuses missions de reconnaissances aériennes au Cambodge et dans le delta du Mékong puis il conduit les fouilles du Palais royal d’Angkor Thom en 1952 et 1953. Chargé de recherches au CNRS en 1955, il est détaché à l’EFEO en 1958 et s’installe à Siem Reap. Un an plus tard, il est nommé directeur des recherches archéologiques de l’EFEO et s’entoure alors de spécialistes qui vont lui permettre de se lancer dans des travaux de grande ampleur : réorganisation des dépôts de la conservation, levé topographique du parc d’Angkor et des principaux monuments, remontage des grands ensembles monumentaux : galerie du barattage de la Mer de lait et chaussée ouest d’Angkor Vat (1960 – 1970), chaussée sud d’Angkor Thom (1960-1968), Prasat Kravan (1961-1966), Baphuon (1960-1971)… Parallèlement, il engage ses recherches dans une approche globale du monde khmer. Les évènements politiques du Cambodge l’obligent à quitter Siem Reap en 1973.
Il entreprend alors des prospections en Thaïlande, en Malaisie et en Birmanie. En 1976, il devient directeur du centre de recherches archéologiques (CRA) du CNRS qui est installé à Valbonne : http://www.efeo.fr/biographies/cherch.htm
Oeuvres 1 à 100 sur 4155 correspondant à Fonds Bernard-Philippe Groslier [Fonds].