Institut Français de Pondichéry

Biographiede P.Z. Pattabiramin

Biographyof P. Z. Pattabiramin

Dernière mise à jour : 24/05/2017
Last update: 2017-05-24T14:57:36

Initié à l'archéologie par G. Jouveau-Dubreuil, alors professeur au collège de Pondichéry, P. Z. Pattabiramin est d'abord son interprète : il parle en effet le tamoul et le telougou, langues de son pays et de sa famille, mais aussi le malayalam, l'hindi, le français et l'anglais. Il devient ensuite un auxiliaire indispensable sur les sites archéologiques et un informateur précieux sur la culture et les légendes liées aux monuments et à l'iconographie du Sud de l'Inde. À la mort de G. Jouveau-Dubreuil, en 1945, il continue à rassembler une riche documentation sur les sites archéologiques et les lieux saints du Sud de l'Inde et travaille comme fonctionnaire à la bibliothèque de Pondichéry (1949-1955).

Lors de la fondation, en 1955, de l'Institut Français d'indologie à Pondichéry et de l'établissement d'un centre de recherche de l'École française d’Extrême-Orient, P. Z. Pattabiramin se voue entièrement à la recherche archéologique. Il est détaché auprès de l'Institut Français d'indologie en 1956 et devient membre de l'EFEO en 1965 (à partir de 1961, il réalise diverses missions pour le compte de l'École). Ses enquêtes donnent naissance à des ouvrages sur les légendes shivaïtes, écrits en collaboration avec ses collègues des instituts français de Pondichéry. Grâce à sa connaissance de l'Inde du Sud et à son enthousiasme pour sa culture ancienne, près de 70 000 photographies ont pu être réalisées ; à la date de sa mort en 1971, les archives photographiques de Pondichéry sont nées.

 

 

P. Z. Pattabiramin was introduced to the study of archaeology by G. Jouveau-Dubreuil, then a teacher at Pondicherry High School, for whom he initially acted as interpreter. P.Z. Pattabiramin not only spoke Tamil and Telugu, the languages of his homeland and family, but also Malayalam, Hindi, French and English. He later became an indispensable auxiliary on archaeological sites and a valuable souce of information about the culture and legends associated with the monuments and iconography of South India. After G. Jouveau-Dubreuil died in 1945, P. Z. Pattabiramin continued to accumulate a rich archive of documents on the archaeological sites and the holy places of south India and worked as a civil servant ai Pondicherry Library (1949-1955).

When, in 1955, the French Institute of Indology at Pondicherry was set up and the EFEO research centre established, P. Z. Pattabiramin was working exclusively as a researcher on archaeology. he was posted to the French Institute of Indology in 1956 and became a member of the EFEO en 1965 (from 1961 he undertook various missions for the School). His surveys formed the basis of books an Shaiva legends, co-authored with his colleagues at the French institutions in Pondicherry. his knowledge of South India and his love of its ancient culture led to nearly 70,000 photographs being taken by the time he died in 1971. The Pondicherry photo archives were born.